Dégâts d’eau : entretenir, c’est prévenir!

Difficile d’empêcher les dégâts d’eau provoqués par des événements météorologiques extrêmes. Par contre, 23 % des indemnités versées par les assureurs résultent de bris d’installations sanitaires ou d’erreurs humaines et auraient parfois pu être évités. En intégrant de bonnes pratiques, vous pourriez vous épargner de sérieux ennuis. 

Vérifiez régulièrement l’état de votre chauffe-eau 

En moyenne, un chauffe-eau devrait être remplacé tous les 10 à 15 ans — il est même possible que votre assureur l’exige. Vérifiez avec votre représentant en assurance pour le savoir et vous éviter d’apprendre trop tard que vous n’êtes plus protégé.  

Pour connaître l’âge de votre chauffe-eau, consultez sa plaque d’homologation. Généralement, les deux premiers chiffres du numéro de série correspondent à l’année de fabrication. Au besoin, référez-vous au site web du manufacturier pour obtenir plus de détails. 

Plus votre chauffe-eau est âgé, plus il devient important de demeurer vigilant face aux signes d’usure. De la condensation d’eau en surface, des fuites au sol ou encore, une eau rouillée s’écoulant des robinets peuvent indiquer que le moment est venu de le remplacer.   

Dégagez l’accès à votre valve d’entrée d’eau 

Savez-vous où se situe votre valve d’entrée d’eau principale ? Habituellement, elle se trouve au sous-sol ou dans un vide sanitaire, sur le mur face à la rue. Il peut s’agir d’une poignée ou d’un pommeau semblable à celui d’un robinet extérieur. 

Advenant un bris majeur, vous devez être en mesure de fermer rapidement cette valve pour couper l’alimentation d’eau et limiter ainsi les dégâts. Cette procédure peut s’avérer compliquée si vous devez vous frayer un chemin à travers des boîtes et du mobilier pour l’atteindre… Veillez à ce que votre valve d’entrée d’eau principale demeure accessible et dégagée. 

Votre protection est-elle suffisante?

Certains risques ne sont pas automatiquement inclus dans tous les contrats de base d’assurance habitation, comme les infiltrations d’eau et les refoulements d’égouts. Selon votre situation, vérifiez s’il pourrait être prudent d’ajouter certaines protections supplémentaires.  

Vérifiez annuellement l’état des tuyaux 

Une fois l’an, inspectez tous les tuyaux visibles de votre propriété : chauffe-eau, drains, éviers, salle de bains, lave-vaisselle, laveuse… Vérifiez qu’ils ne sont pas écrasés par des objets remisés, qu’ils sont solidement fixés en place et qu’ils ne présentent pas de signes de faiblesse ou d’usure. Portez une attention particulière à la présence d’eau aux joints ou aux soudures, qui pourraient indiquer une section à remplacer.  

Remplacez vos tuyaux d’acier galvanisé 

Populaire dans les constructions des années 1950 et avant, la plomberie d’acier galvanisé a une durée de vie de 40 à 50 ans. Si vous faites le calcul, ça nous ramène déjà plus d’une décennie en arrière… Sous l’effet du temps, l’acier galvanisé rouille, ce qui ralentit l’écoulement de l’eau et rend le matériel plus vulnérable aux fuites et aux ruptures.  

Bien que ça puisse représenter un travail important, faire remplacer la tuyauterie d’origine par des matériaux modernes vous apportera une plus grande paix d’esprit. Vous pourriez aussi profiter des rénovations prévues pour vérifier et remplacer graduellement la tuyauterie qui a atteint sa durée de vie utile. 

Tendez l’oreille aux bruits inhabituels 

Après avoir fermé le robinet, entendez-vous un bruit suspect, comme un choc ou un frémissement ? Une pression trop élevée dans les tuyaux peut provoquer ce genre de sons inquiétants, et indiquer que la tuyauterie est endommagée. L’installation d’un régulateur de pression — un dispositif simple et compact — par un plombier permet de régler le problème sans vous lancer dans d’importants travaux. 

 

JE LA VEUX

Soyez prêt en cas d’accident.
Téléchargez l’appli du Constat amiable!