1.    Le type d’entreprise que vous exploitez

Le travail d’un massothérapeute n’implique pas les mêmes risques que celui du manufacturier qui vend de la machinerie lourde. De la même façon, être un plombier ou un agent immobilier implique des risques différents.

Il est donc important de bien décrire à votre assureur la nature de vos différentes activités professionnelles

2.    La valeur des biens à usage professionnel

Quels sont vos biens à usage professionnel ? Matériel informatique, marchandise, caméra, meubles, livres, outils, etc.

Faites une évaluation précise de la valeur de vos biens et vous pourrez ainsi choisir le bon montant d’assurance : ni trop élevé, ni trop bas

Plus le montant d’assurance est élevé, plus la prime est élevée. Inversement, si vous optez pour un plus petit montant d’assurance, vous aurez droit à une indemnité plus petite en cas de sinistre, mais la prime à payer sera moins chère.

3.    Le bâtiment ou votre lieu de travail

Votre assureur évalue certaines caractéristiques du bâtiment, dont l’âge, la localisation et les matériaux de construction pour déterminer le montant d'assurance nécessaire.

Si vous êtes propriétaire ou copropriétaire du bâtiment, il évaluera aussi le coût pour le reconstruire. À noter que le montant d'assurance pour le bâtiment ne correspond pas à votre montant d'hypothèque – qui inclut généralement la valeur du terrain – mais plutôt au coût pour reconstruire le bâtiment.

Les caractéristiques du bâtiment prises en compte par votre assureur :

  • Les matériaux utilisés pour sa construction : bois, briques, aluminium ou béton.
  • L’âge et les dimensions du bâtiment.
  • La localisation du bâtiment : campagne ou ville? Dans un quartier résidentiel, commercial, neuf, historique?
  • Le système de chauffage du bâtiment (électricité, gaz, mazout),
  • Le coût pour reconstruire le bâtiment, incluant les améliorations locatives, advenant une perte totale. Attention, il ne s’agit pas du même montant que sa valeur marchande, son évaluation municipale ou le montant de votre hypothèque.

4.    Le système de protection d’incendie

Votre assureur évalue aussi le système de protection d’incendie du bâtiment ou de votre lieu de travail. Voici certains critères d’analyse :

  • S’il y a un incendie, à quelle distance se trouve la borne-fontaine la plus proche ?
  • Quelle est la distance entre la caserne de pompiers et le building ?
  • Votre immeuble est-il équipé d’un système de gicleurs ?

5.    Votre historique de réclamation

Votre assureur tiendra compte du nombre et du type de réclamations que vous avez déjà faites. Il s’intéresse aussi au taux de criminalité (vol, vandalisme) et d’incendie du secteur où se situe votre entreprise ou votre lieu de travail.

6.    Votre contrat et les protections choisies

Le niveau de protection que vous choisissez influe sur votre prime :

  • Le type de contrat que vous avez choisi (Risques spécifiés ou Tous risques);
  • Avenants (protections supplémentaires) ajoutés à votre contrat.

7.    Le montant de votre franchise

Parfois appelée « déductible », la franchise est la somme que vous acceptez de payer en cas de sinistre. Une franchise plus élevée implique une prime d’assurance moins chère à payer.

La franchise peut varier significativement, selon la valeur des biens assurés ou des protections d’assurance choisies. Choisissez le montant de votre franchise en fonction de ce que vous seriez capable de débourser en cas de sinistre.

8.    L’information de crédit

Votre information de crédit peut faire partie des facteurs utilisés par votre assureur pour établir le coût de votre assurance.

Conseils entreprise

Véhicule personnel utilisé pour le travail

Pourquoi devez-vous déclarer à votre assureur si vous utilisez votre véhicule personnel dans le cadre de votre travail.